Lautresite, le jour, les billets de février 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



C'est la règle n°1 : le football est une industrie (...). Pensez-vous qu'il y ait une industrie qui ferme ses usines et qui ne sait pas quand elle les rouvre?». Maintenant, prenez Matty Hull, ce soldat anglais tué par un tir ami américain, en 2003 en Irak. Qu’en dit Margaret Beckett, ministre des Affaires étrangères britannique ? Elle dit : « Cet événement est tragique, vraiment terrible. Mais il s’en produit dans chaque conflit et cela provoque beaucoup de peine et de dégât dans toutes les forces armées ». On pourrait renverser les propositions, ça irait tout autant. Antonio Matarrese aurait tout aussi bien pu dire : « Cet événement est tragique, vraiment terrible. Mais il s’en produit dans chaque compétition et cela provoque beaucoup de peine et de dégât dans toutes les équipes de football » et Margaret Beckett, qui a récemment appuyé le projet du président Bush de déployer 20.000 hommes supplémentaires en Irak aurait pu ainsi s’exprimer : «Les morts font malheureusement partie de ce très grand mouvement qu’est la guerre et que les forces armées ne réussissent toujours pas à contrôler. La guerre ne doit jamais s'arrêter. C'est la règle n°1 : la guerre est une industrie (...).etc…Allez, vous après cela, à la pêche à votre journée… Alors, vous voulez lire autre chose. Et vous apprenez que Roger Hanin, le beau-frère de François Mitterrand, communiste de cœur et de carte et accessoirement commissaire de police télévisé a décidé de voter Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle car c'est "un homme de gauche" qu’il a rencontré à plusieurs reprises, un homme qui, je cite, l'a levé, l'a séduit, qui est sincère et dont il faudrait lire le dernier discours dans les écoles", et puis un entrefilet vous apprend que l’écrivain Alain Soral, le frère de l’actrice, ancien gauchiste très rouge a décidé pour lutter contre le mondialisme et l’ultralibéralisme d’embrasser la cause du nationalisme et de se rallier, pour ce faire, à Jean-Marie Le Pen. Si Marx était vivant, dit Alain Soral, il appellerait à voter Le Pen. Je vous promets, Nathalie, de vous trouver demain quelque chose qui fasse rire.