Lautresite, le jour, les billets de février 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



Or, ces derniers jours, le prix du maïs a explosé. Entre 50 et 100%, voire plus encore dans certaines régions. Les grandes entreprises mexicaines sont pointées du doigt, accusées de stocker et de spéculer sur du maïs principalement importé des Etats-Unis, moins cher que celui cultivé dans le pays, un maïs OGM dont nos marchés ne veulent pas. Et puis surtout, il y a cette nouvelle politique que George Bush a évoquée voilà quelques jours et que nous avons tous naïvement applaudie : lorsque le président américain parle de réduire de 20 % en dix ans l'utilisation des combustibles fossiles dans le domaine des transports et de multiplier par cinq les objectifs du programme de production de biocarburants, de quoi parlait-il sinon du maïs ? Certains opposants au locataire de la Maison Blanche se demandent d’ailleurs si l’objectif de cette politique écologique du premier citoyen américain ne serait pas, tout simplement, d’absorber la production de maïs génétiquement modifié dont l’Europe ne veut pas, quitte à créer une crise sociale majeure dans le pays voisin. La production du bioéthanol, ce carburant de l’avenir, pourrait donc signer la fin du maïs en tant qu’aliment, si bien que certains se demandent aujourd’hui qui il faut sauver, le maïs ou la planète ? Voilà encore, donc, l’un de ces paradoxes qui réjouit notre quotidien, à nous, les postmodernes qui ne savons quoi faire de nos lendemains. Vous en voulez un autre ? Je vais vous dire un mot des sushi, cette nourriture, chère sans doute, mais terriblement diététique, on a l’impression, avec ces poissons crus de diminuer terriblement notre empreinte écologique. Erreur ! Le thon rouge, principal composant de ces sushi, est en train de disparaître pour cause de surconsommation. Tout cela parce que de plus en plus de gens dans le monde veulent manger sainement et échapper à la malbouffe. Nous voilà bien, tiens, dans un monde sans tortilla mexicaine et sans sushi japonais. Allez, bon appétit, surtout si vous passez à table.