Lautresite, le jour, les billets de février 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



On dirait donc bien qu’on est là dans l’idée et le principe même de ce qui fait l’éducation qui, littéralement, signifie « conduire quelqu’un en dehors de lui-même, le tirer vers ce qu’il ne connaît pas » et voilà donc bien, se dit-on, des professeurs qui savent ce que sont et l’émancipation et l’autonomie. Et c’est pourquoi l’on ne trouve pas de réponse à cette inquiétante question : comment une école qui emmène ses élèves à Breendonk en arrive-t-elle à contrôler leurs empreintes digitales ? On connaissait déjà les caméras de surveillance dans notre enseignement, et ce n’est pas la première fois que l’on a recours à des senseurs — je parle là du procédé optique par quoi se reconnaissent les empreintes — pour pallier le manque d’encadrement et assurer aux écoles une sécurité interne que le monde extérieur semble leur mégoter. Mais dira-t-on à ce directeur que l’on trouve désormais de faux doigts en gélatine que l’on peut fabriquer en moins d’une heure, qui coûtent moins de dix euros et qui permettent de tromper 80% des systèmes de reconnaissance d’empreintes digitales ? Ce qui pourrait, à tout prendre être un excellent travail de fin d’année pour les élèves de cette école technique et professionnelle qui trouveraient là matière à mettre en perspective les expériences pédagogiques de leur direction. Au fait, je vous parlais la semaine dernière, de cette autre école, à Ostende, tout occupée, elle, à lutter contre le tabac et qui voulait faire porter aux fumeurs des badges discriminants. Eh bien, elle est revenue sur sa décision et a retiré son projet. Elle préfère désormais le patch au badge. Ma main à couper.