Lautresite, le jour, les billets de janvier 2007
   


 
 

Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.

Et même si ces étudiants ont décidé de faire profession de la santé, il n’en reste pas moins que leur cigarette grillée pendant le temps de midi est aussi légitime que peut l’être le verre de vin que prend votre médecin. La direction a pourtant décidé d’anticiper l’entrée en vigueur du décret en obligeant donc les étudiants fumeurs à arborer un badge durant l’entre-cours, « entre 12h40 et 13h30, dans la zone réservée à cet effet ». Dans le journal, ils ont aussi mis la photo du badge. A vrai dire, il y en a deux. Un très laid avec des poumons tout noirs qui dit « J’admets que mes poumons peuvent ressembler à ça ». Et puis un autre, très laid aussi, avec des poumons tout blancs qui est réservé aux repentis et qui annonce « Voici mes poumons depuis que j’ai arrêté de fumer ». Après Carnaval, la permission de fumer dans la cour de récréation sera soumise à l’autorisation des parents. Laquelle autorisation entraînera de fait le port obligatoire d’un badge. Une autorisation qui mène à une contrainte, je ne suis pas sûr qu’il s’agisse là d’une révolution pédagogique. On y voit plus sûrement une mise à l ‘écart, une stigmatisation, un bannissement de ce que les anglo-saxons appellent « des criminels sanitaires ». Quand on met quelqu’un à part, on pratique, littéralement, l’apartheid. En Afrique du Sud, une nouvelle forme de tuberculose vient de faire son apparition et résiste à toutes les médications. Elle est rapidement mortelle et peut se développer très vite. C’est pourquoi les autorités, pour éviter la propagation de la maladie, se demandent s’il ne faudrait pas mettre les malades en prison, ou si pas en prison, dans des zones réservées, par exemple dans des camps ? Le bien de tous quand il rencontre la résistance de quelques-uns, il peut être terrible.