Lautresite, le jour, les billets de janvier 2007
   


 
 

Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.

Nul n’ignore que “le salon des véhicules utilitaires légers et de loisirs” a ouvert ses portes vendredi dernier et vous avez vu comme moi qu’en terme de véhicules légers, les 4x4 se posaient un peu là, il n’y en a que pour eux ou presque. L’homme moderne ou la femme contemporaine qui fait l’achat d’un 4X4 suggère assez souvent qu’il s’agit là d’une question de sécurité tant il est vrai qu’à force de voir le monde de plus haut, on finit par le trouver aussi plus sûr. J’insiste ici sur le fait, cependant, qu’un monde plus sûr ne fait pas un monde certain mais pourquoi faut-il, aussi, qu’une certaine esthétique militaire, héritée de Bagdad ou de Sarajevo, choisisse nos trottoirs pour s’exposer ? Et je dis bien “nos trottoirs” car c’est ainsi que le 4x4 justifie en ville de son appellation “tout terrain” : ce n’est pas seulement qu’il roule n’importe comment, c’est aussi qu’il se gare n’importe où. En plus de cela, certains vous diront que les 4x4 consomment beaucoup de cette énergie fossile qu’on appelle pétrole mais ce qui est certain, apparemment, c’est que les conducteurs de 4X4, d’après le New Scientist, conduisent plus dangereusement que les autres. Mais cela ne serait encore rien s’il n’y avait les rejets des gaz dans l’atmosphère. Tiens, au fait, j’ai vu pas plus tard qu’il y a dix jours le président Baroso en 4x4 : c’était juste avant qu’il ne présente le rapport de la Commission européenne sur l’énvironnement et qu’il ne tire la sonnette d’alarme sur le CO2. Je ne sais pas comment on dit 4x4 en portugais, mais contradiction se dit contradição, de cela je suis sûr et certain. Et je me demande toujours qui aurait dit quoi, si à VW Forest, au lieu de construire peut-être des Audi, on s’était mis à assembler des Touareg, le 4x4 de la marque. Le mot contradiction, je peux aussi vous le traduire en allemand, en néerlandais et même en français, qui sont nos trois langues nationales. Comme disait mon bon camarade, le poète argentin Roberto Juarroz : “Il pleut sur la pensée”.