Lautresite, le jour, les billets de janvier 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



Pour faire une soupe identitaire, un seul ingrédient est vraiment nécessaire. C’est le cochon. Dans le cochon tout est bon, mais le cochon n’est pas bon pour tout le monde. Vous l’aurez compris, s’il y a du porc dans la soupe, c’est pour la rendre impropre à une consommation musulmane. C’est ça l’identitaire. Ils disent “Pas de soupe, pas de dessert”. Ils disent aussi : “Les nôtres avant les autres”. Ce sont ces gens-là qui font des émules en Belgique. Ils servent au faciés et on sent bien qu’aux sans abri, ils aimeraient aussi voir les papiers. On peut suivre leurs opérations quasi clandestines dans les rues d’Anvers, de Bruxelles ou de Charleroi, on dirait qu’ils suivent la route du 0110 de Tom Barman…
Ces gens-là n’entendent pas seulement servir la soupe, ils veulent aussi et curieusement — à l’image ce que font les frères musulmans ou le Hezbollah dans d’autres situations —, distribuer des vêtements et aller rencontrer directement, je cite, “les familles belges en difficulté”. Bref, ils veulent faire de l’aide sociale par élimination. Sur leur site, ces militants d’extrême droite remercient ironiquement et chaleureusement les femmes et les hommes politiques belges de n’avoir pas, contrairement à leurs homologues français qui l’ont fait ce week-end, interdit cette distribution de soupe d’apartheid et s’étonnent, à demi-mots que personne ne soit encore venu leur casser la gueule. Ça, c’est le portrait de mon pays de bonne humeur un 8 janvier 2007 au matin, des types d’extrême droite qu’on laisse faire commerce d’exclusion et des présidents de CPAS qui doivent écrire aux hommes politiques pour espérer justement la réduire, l’exclusion. Je serais un auditeur de la Première et j’aurais la chance de pouvoir dialoguer tout à l’heure avec un président de parti, je pense que j’aurais au moins une question à poser.