Lautresite, les billets hebdos de fin 2006
   


 
 



Mais, dites-moi, des 581 tonnes de phénol, de mercaptan ou de soude caustique déversées en Côte d’Ivoire et des 26.000 immigrants débarqués sur les côtes de l’Espagne, qu’est-ce qui est le plus toxique ? Je veux dire, le plus toxique pour l’idée que nous nous faisons de l’homme ? On voit ainsi s’avancer une sorte d’économie qui va toute seule tandis que recule l’idée de l’autre, celui qui n’est pas nous, justement, et qui, pour cette raison, n’est même plus un homme. D’Italie, nous vient ces jours-ci cette affaire affolante d’esclaves mis au travail pour la récolte de la tomate du côté de Foggia, dans les Pouilles. Je vous dis esclaves, vous pensez Africains ? Non, ils sont Polonais, donc communautaires, ces gens aguichés par des petites annonces, venant travailler dans la Botte et contraints de prester seize heures par jour, travaillant sans contrat pour peut-être 5 euros de l’heure et obligés de payer transport, nourriture et logement. Tu es malade ? Tu me dois 20 euros. Et les coups, les violences, la schlague. On suspecte des meurtres. On cherche encore la trace de 119 Polonais disparus dans ce qu’on appelle le ”triangle de la tomate”. Cela s’appelle des camps de travail et c’est en Europe et c’est aujourd’hui. Nous devons annoncer, en ce lundi 25 septembre 2006, l’absolue disparition de l’Autre. Vu comme ça, je me dis qu’on pourrait tout de même faire quelque chose pour ces Iraniens qui se sont cousus la bouche, vendredi dernier, à Etterbeek.

NB. Depuis la publication de son mandat d’arrêt par le TPIY, il y a aujourd’hui 4062 jours que Ratko Mladic est libre et vivant.