lautresite, les billets quotidiens du mois de mai 2006
   


 
 

:




En ce jour du lundi 29 mai 2006.
Cela faisait longtemps que nous n’étions pas venus à Anvers. Anvers aujourd’hui, c’est presque comme l’Espagne sous Franco, on n’y va plus ou beaucoup moins souvent ou alors pas longtemps. Mais, bon, ce vendredi nous y étions partis marcher. Pour tout dire, nous n’étions pas les seuls à n’avoir pas observé les consignes. Pour ma part, j’étais plutôt en bleu, Anne plutôt en vert, Eric plutôt en beige. Car, comme disait cette fille dans le métro : “Tu rigoles que je me suis habillée en rouge. Parce que, tout de même, si on y pense bien, une marche blanche contre le racisme…”. Et on se disait, en regardant la marche hésiter à s’ébrouer que le chagrin des Belges était le contraire du baromètre de Virton : qu’il était variable et qu’aujourd’hui, il pleuvait. Et on était à calculer qu’un meurtre raciste valait quatre fois moins qu’un meurtre crapuleux qui vaut le quart d’un meurtre pédophile. Les divisions deviennent ainsi de plus en plus rondes. Un jour, dans quatre marches si je compte bien, il n’y aura plus personne. Et ces 20.000 d’Anvers, il faut aussi les regarder en fonction des 17.000 de la Gay Pride et des autres 20.000 du Marathon de Bruxelles, le tout défilant ce week-end dans le centre-ville sous un incessant crachin de mai. (...)