lautresite, les billets quotidiens du mois de mai 2006
   


 
 







# Le vendredi 26 mai, une “marche blanche” contre le racisme et l’intolérance est organisée à Anvers en mémoire des victimes des meurtres racistes commis le 11 mai dernier par Hans van Themsche ainsi qu’à celle de Mohammed Bouazza, jeune Marocain présumé victime d’un autre meurtre raciste et dont le corps a été retrouvé dans l’Escaut.

# Ecouter cette chorniques diffusée sur Matin Première




Et tandis que les manifestants maliens scandaient à Sarkozy : “ Nous refusons d’être des gens qu’on sélectionne”, le président de l’assemblée nationale, accueillant le cercueil d’Oulemata, a dit : “Nous ne sommes pas des chiens qu'on abat impunément ». Car les Maliens savent que l’immigration a souvent partie liée avec la mort. Ce sont eux que l’on retrouve sur les barbelés de Melilla ou dans les mers siciliennes. Parfois aussi, ils brûlent dans des hôtels parisiens ou meurent d’une balle dans un port européen. Alors, en repensant à cette manifestation de tout à l’heure où l’on verra, j’imagine, beaucoup d’Africains, je pense aussi à la phrase du poète Holderlin : « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve ». Ce ne serait pas le moindre paradoxe que, pour répondre à cette extrême droite qui les rejette, les immigrés utilisent un droit qu’ils ont acquis aujourd’hui dans notre pays. Le droit de vote. A peine 0,28% d’entre eux se sont inscrits sur les listes électorales à ce jour. Si la manifestation d’aujourd’hui a un sens, c’est celui-là. De s’inscrire. Oulemata Niangadou ? A voté.

NB. Depuis la publication de son mandat d’arrêt par le TPIY, il y a aujourd’hui 3955 jours que Ratko Mladic est libre et vivant.