lautresite, les billets quotidiens du mois de mai 2006
   


 
 

:

En ce jour du mardi 23 mai 2006. Ah, l’on s’est fait un peu allumer, hier, avec notre billet monténégrin. Non pas tant pour ce que l’on y disait que pour ce que l’on n’y précisait pas. Il eût été utile, donc, de signaler qu’il n’est pas chose courante dans les Balkans qu’un pays obtienne son indépendance sans épuration ethnique, sans envahissement, sans déportations, sans découpages, sans partitions : sans que quiconque ne verse le sang, ni le sien, ni celui du voisin (c’est vrai, ou presque vrai, la Macédoine a troqué sa séparation de la fédération yougoslave contre une appelation toujours très contrôlée : on dit toujours aujourd’hui FYROM — Former Yugoslav Republic Of Macedonia, Ancienne République Yougoslave de Macédoine — de sorte que ce pays, le seul en Europe dont le nom s’écrive aujourd’hui en lettres capitales, est quasiment sorti indemne des conflits balkaniques si l’on excepte le début de guerre civile de 2001). Mais ce que nous entendions dire, bien sûr, c’est qu’une telle aventure n’aurait pas été possible du temps de Milosevic dont le Monténégro a été, jusqu’à la guerre du Kosovo, un très fidèle et zélé allié : il est bon de le rappeler aussi parfois à Milo Djukanovic qui est tout de même né dans un tiroir de Belgrade. Ce que nous voulions dire surtout, c’est que l’indépendance monténégrine se produit à un moment historique où il n’y a plus grand chose à tirer d’une alliance avec la Serbie, plutôt handicapante et contre-productive, et oui, nous répétons que le gouvernement de Podgorica a toujours très bien su ce qu’était un marron et ce qu’était un feu. (...)