lautresite, les billets quotidiens du mois de mai 2006
   


 
 










# Dimanche 21 mai, les Monténégrins étaient appelés à se prononcer par référendum sur la séparation d’avec la fédération serbo-monténégrine. Au matin du 22 mai, les chiffres annonçaient la victoire des indépendantistes par 55,4 %.
Je vois bien le nébuleux de la thèse, mais tout de même, ce qui était du ressort du sang, dans le national, paraît largement obéré par ce qui revient au sol et puisque nous en sommes aujourd’hui à vivre dans des populations de plus en plus métissées — la Roumanie fait désormais appel à de la main d’œuvre étrangère, surtout chinoise —, on finit par ne plus très bien comprendre pourquoi il faudrait séparer ce qui se ressemble déjà et va se ressembler de plus en plus dans les prochaines années. Nous avons ainsi de temps en temps des bouderies anti-nationales, nous préférons l’altérité du fédéral, il n’y a rien à faire, et nous avons bien vu que ce n’est pas tellement l’Empire qui était mort en 1989 mais que c’était surtout le fédéralisme qui agonisait et que la tentation de la séparation a été, partout, totale. Pour des gens qui, comme moi, vivent dans l’un des derniers — et des plus récents — États fédéraux, la question de la sécession occupe un espace politique qui grandit progressivement et l’on en est à se demander quel jour exactement Peter Handke marchera la Belgique. Le Monténégro qui a toujours su de quel côté sa tartine était beurrée et qui a toujours connu le sens du manche est donc, pour autant que l’on en sache à cette heure, indépendant. On nous pardonnera, mais le champagne qu’on aurait sorti eût été un peu éventé. Nous avons donc gardé pour nous nos feux d’artifice. De toute façon, les vents de la nuit dernière auraient dispersé ces fumées-là aussi.

NB. Nous avons mis un peu rapidement Richard Carlier en cellule vendredi dernier. En prison, il n’a pas été, mais il y a été condamné avec sursis.

NB. Depuis la publication de son mandat d’arrêt par le TPIY, il y a aujourd’hui 3951 jours que Ratko Mladic est libre et vivant.