lautresite, les billets quotidiens du mois de mai 2006
   


 
 






# Le matin du jeudi 11 mai, Hans Van Themsche, 18 ans, quittant son école de Roulers prend le train pour Anvers où il achète un fusil de chasse et se dirige vers la Grand-Place aux abords de laquelle il tire sur Songul Koc, une femme turque voilée qu’il blesse, avant d’abattre Oulemata N’Dyie, une jeune africaine de 24 ans, qui promène une jeune enfant blanche de deux ans, Luna Drowart, qu’il exécute également.
Nous avons pour ce crime le regard du ministre plutôt que celui du magistrat et nous voyons bien que la perplexité du Parquet est peut-être bien une gêne, une peur peut-être. Les Anversois, ces temps-ci — et les Flamands d’une façon générale — semblent avoir leur comptant de skinheads, d’altercations “à caractère raciste”, de jeune Marocain retrouvé noyé dans l’Escaut, de jeune Africain tabassé aux abords d’un bistrot, d’incendie d’une maison abritant des “allochtones” — sorte de litote euphémistique employée en Flandres pour dé-nommer l’étrange étranger — c’est assez l’envers de Joe, tout cela. Il y a trois semaines, la Belgique pensait que sa jeunesse portait des culottes courtes et des chemises bleues, aujourd’hui elle s’aperçoit qu’elle porte aussi des bombers et des chaussures de combat. Et l’on se demande bien quel type de batterie de mesures on nous sortira au cas où d’autres 80.000 personnes arpenteraient demain les rues de la Métropole : on interdira sans doute la vente libre des armes, on ne touchera pas au Vlaams Belang qui, aux élections municipales d’octobre prochain, essaiera d’augmenter encore son score du temps où il s’appelait toujours Vlaams Blok, 33 % en 2000. Il fera campagne sur ses deux thèmes favoris : les étrangers et la sécurité. Et même si chacun peut désormais comprendre comment ses sympathisants mettent son programme en pratique, il n’est pas sûr que ces crimes portent durablement ombrage au parti de Filip Dewinter : nous allons entrer, du côté d’Anvers, dans l’ère du déni et ce jeune tueur sera bien vite renvoyé à son mal–être de vieil adolescent mal dégrossi, à ses démons personnels et à ses troubles mentaux. Ce ne sont en tout cas pas les étrangers installés à Anvers qui feront obstacle au Vlaams Belang. En Belgique, seuls 0,28 % des étrangers se sont inscrits, à ce jour, sur les listes électorales qu’ils peuvent désormais rejoindre…

NB. Depuis la publication de son mandat d’arrêt par le TPIY, il y a aujourd’hui 3943 jours que Ratko Mladic est libre et vivant.