lautresite, les billets quotidiens du mois de mai 2006
   


 
 















# Le 9 mai, date officielle de la fête de l’Europe” commémore la “déclaration Schuman” de 1950, considérée comme l’acte de naissance de l’Union européenne.

# Découvrez “La saga des Joppenbuch”, un texte de Mihkel Mutt :



Précisément, l’Estonie a, en ce jour symbolique, ratifié ladite Consitution, portant le score actuel à quatorze pour et deux contre. Le “Café d’Europe” de Tallinn se trouve dans la rue Viruväljak, il s’appelle le Kaerahelbehüpsided et accueille l’écrivain Mihkel Mutt, auteur de “L’homme international”, des “Souris progressistes” ou de “ Le Pingouin et le charognard”, un homme dont on ne sache pas qu’il soit traduit en français, ce que l’on regrette déjà un peu, au vu des titres. De toute façon, il faut bien dire que nous ne connaissons pas grand monde dans ces écrivains attablés et que les noms de l’Italien Giovanni Russo, du Roumain Gheorghe Schwartz, du Suédois Daniel Sjölin, du Slovène Ales Debeljak ne nous disent pas grand-chose. Tout juste connaissons-nous Eva Demski à Berlin, Christiane Singer à Paris (aux Deux-Magots), Edna O’Brien sous réserve au Bewley’s de la Grafton Street de Dublin et, bien sûr, Vaclav Havel au Slavia de Prague et il faut bien dire que même le Belge, Geert Van Istendael — installé au Falstaff, centre ville, café autrefois célèbre et aujourd’hui dévasté —, nous ne l’avons pas lu. La même chose vaut d’ailleurs pour ces vingt-sept pâtisseries — le gugelhupf autrichien, le laskiaispula finlandais, le vasi lopita grec, le sakotis lituanien, le cozonac roumain, le dobos hongrois — qui ont échappé jusqu’ici à notre vigilance gustative : nous confessons pour les choses du ventre et de la tête européennes, une certaine inculture. Cette initiative autrichienne pourrait peut-être nous permettre de compenser un peu cela. Mais il est déjà trop tard, hélas. L’Europe ne prend du café que jusqu’à midi. Peut-être qu’en boire plus tard l’empêche de dormir. Mais il doit bien rester quelques gâteaux. Ou alors des miettes.

NB. Depuis la publication de son mandat d’arrêt par le TPIY, il y a aujourd’hui 3940 jours que Ratko Mladic est libre et vivant.