lautresite, les billets quotidiens du mois d'avril 2006
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 27 avril 2006. La rencontre fortuite, dans le hall d’une gare centrale, d’un jeune scout muni d’un MP3 et d’un jeune illégal renforcé d’un couteau a produit en quelques jours tellement de ressorts complexes que l’on peut bien encore lui consacrer une chronique. Les gouvernements de Belgique —État, Régions, Communautés confondues— ont dressé hier une sorte de catalogue empressé de mesures “favorisant une meilleure sécurité” qui, additionnées aux récentes avancées policières dans l’enquête criminelle, donnent l’impression que la plainte et l’angoisse d’une société — qui délégua dimanche dernier 80.000 des siens dans les rues de Bruxelles — ont été promptement entendues et que l’on comble ici un fossé resté largement ouvert depuis l’affaire Dutroux, ses dysfonctionnements et ses estompements de la norme. Quinze jours après le meurtre de Joe Van Holsbeeck, l’État annonce donc fièrement qu’il fonctionne. Il faut sans doute applaudir à cette sorte de (belge) nouveauté. La batterie de mesures sécuritaires, à laquelle s’ajoute une palette préventive, était à vrai dire en négociation depuis plusieurs mois mais son amplitude surprend tout de même un peu : on voit ainsi venir un “stage parental” pour les familles défaillantes, une pénalisation des tags et graffitis, un traitement judiciaire des plaintes pour racket, la création d’un nouveau centre fermé de 200 places, l’augmentation du nombre de policiers dans les rues, le recrutement de nouveaux “stewards de rue”, etc… (...)