lautresite, les billets quotidiens du mois d'avril 2006
   


 
 













# Le 26 avril, la police polonaise recherche aujourd’hui le meurtrier présumé du jeune Joe Van Holsbeeck dont on sait seulement aujourd’hui qu’il a été identifié, résiderait dans une grande agglomération et “porterait un nom polonais fort commun”.


Voilà donc un portrait qui contrevient absolument à la désocialisation et à la désaffiliation attendues, voici donc un contexte dont les questions de sécurité n’étaient pas exclues. Avec cela, un sondage effectué hier pointe la responsabilité des parents. Lorsque 92% des sondés, cependant, dénoncent l’apathie parentale, on est en droit de se demander, tout de même, s’il n’y a que 8% de parents manquants ou si cet exercice n’est pas avant tout une expérience cathartique. Le politique, quant à lui, a peu ou prou les mêmes préoccupations. L’on recommence à parler, ici et là, d’une suspension des allocations familiales aux familles déficientes, on a envie de dire aux familles délinquantes. Cette mise en cause — qui vient en rafale ces jours-ci — nous change un peu de la responsabilité reposant habituellement sur les épaules des enseignants mais on se dit aussi qu’elle repose sur un corpus comparable à celui qui a permis l’attribution a priori du meurtre à de jeunes “nord-Africains”. Il n’est pas certain, par exemple, que ce père polonais ayant choisi, pour sa famille, l’exil et la clandestinité (en attendant sans doute d’être véritablement élargi et de bénéficier, de fait, d’une vraie liberté de circulation européenne) se soucie comme d’une guigne de l’avenir de ses enfants. On dirait bien que le politique, en la circonstance, tente d’aller aussi vite que sa police. Concédons cependant que l’on peut préférer l’enquête au sondage.