lautresite, les billets quotidiens du mois d'avril 2006
   


 
 

:



En ce jour du jeudi 13 avril 2006
. On n’est toujours pas sorti des comptes. On ne sait pas très bien où va s’arrêter le fléau de la balance, sur George Bush ou sur Alexandre Loukachenko, mais les élections, ces temps-ci, offrent souvent une troisième mi-temps. On ritualise une fausse fin, on ne veut pas quitter le pouvoir, on s’accroche, alors on fait recompter ou, au contraire, on ne veut pas faire recompter et, au total, c’est le paysage politique qui change, on n’est pas dans l’anecdote, là, on n’est pas dans le ridicule, on entre dans un changement profond et récurrent, aucune élection ne serait désormais plus fiable ni sans doute nécessaire et il vaudrait mieux arrêter les aiguilles là où elles sont : sur Bush aux États-Unis, sur Loukachenko en Biélorussie, sur Villepin en France, sur Berlusconi en Italie. Nous avons dit déjà ici qu’à notre sens, Silvio Berlusconi n’était jamais que l’appartement-témoin du populisme à venir. Il nous faut toutefois préciser que cet appartement n’est pas accessible par ascenseur. On voit bien que les tenants du césarisme ou du bonapartisme sont des figures très (pré)occupantes et l’on attend désormais les futurs bataillons, les régiments et les armées qui renforceront à la faveur d’autres élections les troupes de ceux-là qui refusent de quitter leur salon d’honneur. (...)