lautresite, les billets quotidiens du mois d'avril 2006
   


 
 





# Le 3 avril, les services espagnols refoulent, au large des îles Canaries, un bateau contenant environ 500 émigrants. Trois jours plus tôt, ces mêmes services avaient récupéré 25 rescapés dans une embarcation dérivant depuis 17 jours et comptant à l’origine 57 personnes.

# Le 4 avril, en Belgique, où les occupations d’églises se multiplient depuis quelques jours, des sans-papiers ayant investi l’église Sainte-Elisabeth manifestent dans les rues de Mons et appellent à la régularisation de tous les illégaux du territoire.




mais de la chair naufragée et, d’ailleurs, il faudrait se renseigner sur les poissons qui croissent là parce qu’il faut arrêter de les manger, c’est une urgence, qu’est-ce qu’il peut bien y avoir comme ichthyologie régionale, on voudrait bien savoir parce qu’il n’y aurait rien de plus désagréable que d’inviter à sa table un poisson qui aurait dégusté un index de Ghanéen ou un pouce de Malien dans les eaux canariennes, les mêmes doigts que d’autres se brûlent en Suède pour échapper aux empreintes, chair blette ou boucanée c’est toujours une histoire de doigts, on en imagine un pointé vers un rivage imaginaire, sur ces barques le doigt indique l’horizon le jour et les étoiles la nuit, on tend une main en l’air, la même que l’on menottera à la sortie du centre de rétention quand la camionnette ramène ton ordre de quitter le territoire vers l’aéroport le plus proche et que ce coup-ci, c’est toi qui es dans le ciel et que, si tu te penches, tu les verras peut-être, les 30 que l’on cherche à moins qu’on ne te fiche un aiguille dans le bras le jour où tu investiras une église à Mons, à Charleroi ou à Bruxelles et qu’il s’agira de te nourrir artificiellement parce que contre l’avis général tu auras entamé une grève de la faim à côté du prie-Dieu parce que ta barque, finalement, tu as décidé de la mener..