lautresite, les billets quotidiens du mois d'avril 2006
   


 
 

:



En ce jour du mardi 4 avril 2006. Évidemment, le chemin paraît bien long entre la barque et le prie-Dieu, mais c’est ainsi que les clandestins arrivent, ils sont 500 sur un rafiot, désormais hors des eaux territoriales souligne le gouvernement espagnol, pas encore déboutés mais déjà refoulés, défense d’accoster disent les Canariens et ces 500 là iront refaire un tour de mer, surveillés à distance par des avions, on est clandestin sans doute mais on n’est pas fantôme, du ciel, tout le monde vous voit, vous êtes reconnaissable entre tous, vous avez peut-être embarqué à Nouadhibou, Mauritanie, et entreprenez d’ouvrir une nouvelle route, celles de Ceuta et Melilla sont désormais empêchées, et vous partez de plus bas pour toucher ce Fuerteventura des vents violents, là où avant vous se sont échoués des centaines des vôtres qui seront demain des milliers et, d’ailleurs, avant-hier encore on en recherchait une trentaine, ils étaient 57, on en a récupérés 25 vivants, puis deux déjà morts et les 30 autres, on les cherche, c’est une bouteille à la mer, une aiguille dans un botte de foin et, d’ailleurs, pourquoi les rechercher quand on les a envoyés fracasser, on se le demande, et disons entre nous qu’ils sont déjà morts, même pas de petit carré de terre anonyme à deux pas des plages, (...)