Les billets quotidiens de lautresite, mars 2006
   


 
 

:




En ce jour du jeudi 30 mars 2006.
On se disait justement qu’il faudrait que Gilles vienne. On en parlait, il y a quoi, deux mois, et on se disait qu’il faudrait que Gilles vienne. De temps en temps, on parle ainsi de gens qui nous importent parce que l’on sait aussi que le temps est compté mais voilà, le temps n’était pas seulement compté, il était aussi fort mesuré et l’on a appris hier soir la mort de Gilles Martinet. Et on va saluer ici le communiste réfractaire — il quitta le PC en 1938, au moment des procès de Moscou — le résistant armé, le fondateur de l’AFP, celui de l’Observateur, celui du PSU, on va saluer l’Européen, on va saluer le militant, on va saluer le socialiste, on va saluer celui qui nous expliqua, un soir parisien, comment les hommes tuaient, dans les temps de guerre, et comment on les envoyait faire, dans les réseaux, quand il fallait aller supprimer d’autres hommes dont la chemise était brune. Il raconta cela avec beaucoup de détails, Gilles, et nous nous connaissions à peine et nous nous sommes tout de suite mieux compris. (...)