Les billets quotidiens de lautresite, mars 2006
   


 
 

:




En ce jour du vendredi 24 mars 2006.
C’est fou ce que les étudiants français défilent dans les rues ces jours-ci. À Paris comme à Bruxelles, CPE ou décret Simonet, ils battent le pavé et vous allez me dire, quel rapport, aucun rapport, ne mélangeons pas tout. D’un côté de la frontière, c’est Villepin et son Contrat de Première Embauche, de l’autre, du nôtre, c’est Simonet et la réduction d’étudiants français dans notre enseignement supérieur. Non, vraiment, quel rapport ? Samedi dernier, à Paris, un mathématicien, un professeur de faculté, me disait : “Les étudiants qui rentrent dans les universités, en France, sont les moins bons des étudiants, à l’entrée, ce sont déjà des ratés”. Car la bonne filière, en République, ce sont les classes préparatoires, puis les grandes écoles où les places sont comptées et chères : prépa, concours, minerval, ce n’est pas pour tout le monde. Ceux qui n’ont pas les moyens de l’élite doivent donc chercher ailleurs le savoir. Aussi bien, existe-t-il désormais trois filières dans l’enseignement français : les grandes écoles, les universités et la Belgique. Et on ne peut pas s’empêcher de penser que ces manifestations françaises de Bruxelles sont un autre symptome du mal de la République. (...)