Les billets quotidiens de lautresite, mars 2006
   


 
 















Ces bleus là, qu’il arrête et emprisonne par fournées, le Président les appelle des pédés puisque, autant qu’il sache, pédé se dit bleu en argot à Minsk et Moscou et que ces types qui n’ont pas peur des matraques, des cellules et de la torture ne sont jamais que des tantouzes démocrates, autant dire des sous-hommes qui sont aussi, vu de Strasbourg, des infra-européens, des types qu’on intégrera jamais, même pas des bleus comme les Hongrois ou les Polonais nouvellement élargis. On rappelle tout de même le nom des gens : Alexandre Milinkevitch est leader de ces bleus —dans ce pays chacun s’appelle Alexandre — et Alexandre Dobrovolski, Anatoli Lebedko, Alexeï Ianoukevitch, Valentina Pavelikova sont les opposants arrêtés cette nuit et puis on ne sait pas comment s’appellent les 300 personnes qui campaient encore ce matin sur la place d’Octobre, pas de micro, pas de stylo, on ne sait rien d’eux qu’une image ou l’autre. On imagine : 300 personnes, des oiseaux pour le chat. On voit d’ici frémir la moustache de Loukachenko. J’en vois déjà qui s’interrogent sur “la capacité d’absorption”du président.