Les billets quotidiens de lautresite, mars 2006
   


 
 

:


En ce jour du mercredi 15 mars 2006
. Nous avons rendez-vous samedi au Quartier Latin — Nos attentes d’Europe est un colloque que nous organisons avec nos amis français de ICE, Initiative Citoyens en Europe, j’adore dire “nos amis français” — et nul doute que ce soit là le bon endroit et le bon moment car la collision annoncée avec les manifestations anti CPE risque de fournir un certain lustre à la journée, tout cela s’annonce follement germanopratin. Hier Chirac, de Berlin, disait son soutien à Villepin. Lorsque l’on parle d’Allemagne, dans les affaires étudiantes de France, l’on s’attend toujours à Baden Baden, rien de moins. La manipulation du symbole est chose délicate, le président en exercice s’y exerce décidément malaisément (dans son discours, il acronymise bizaremment le CPE qu’il nomme CPSD, “Ce Problème Si Délicat”). Dans “le Soir” d’aujourd’hui, un économiste français juge cette révolte “à dormir debout” et tire enseignement — et disqualification — du fait que “les jeunes des banlieues, les non-qualifiés, n’y participent pas”. Depuis une année, la France a été marquée par trois événements majeurs : le “non” référendaire, la crise des banlieues, les menées étudiantes contre le CPE. En quelques lignes, comme ça, les voilà percutés. Hier encore, le “non” était la question essentielle, elle n’est plus aujourd’hui que le fantôme d’un problème. (...)