Les billets quotidiens de lautresite, mars 2006
   


 
 
 
# Le 27 février 2006, la Sûreté de l’État belge perdait la trace, à la veille de son procès, de Fehriye Erdal, militante turque d’extrême-gauche (DHKP-C) résidant en Belgique depuis 1999 et accusée par le gouvernement turc d’être impliquée dans plusieurs attentats mortels. Elle était assignée à résidence, sous le contrôle des autorités. Le 28 février, le tribunal de Bruges la condamnait à 4 ans de prison pour participation à un groupe terroriste.

# Ecouter la chronique diffusée sur Matin Première (RTBF)









Il y a aussi des gens qui ne sont suspectés de rien du tout, sauf de n’être pas là où ils le devraient, et qui se retrouvent dans des prisons que l’on appelle centres fermés et où la détention n’est préventive que dès lors qu’elle précède une expulsion. On aura beau dire ce que l’on voudra, l’état de droit, de temps en temps, on ne s’y retrouve pas bien. Je me demande bien quel type de réponse il va trouver, l’état de droit, à la question que posent les grévistes de la faim de l’église Saint-Boniface à Ixelles, par exemple. Les clandestins de Boniface, c’est le contraire de Fehriye Erdal : ce qu’ils veulent, eux, c’est, surtout, rester ici. Et on se dit qu’il donnerait sans doute cher, l’état de droit, pour que ces gens-là aussi choisissent la tangente et s’évanouissent brusquement dans le brouillard d’une nuit d’hiver. De temps en temps, il vaut mieux que le problème disparaisse pour qu’on ait pas à lui trouver de solution.