Lautresite, le jour, 1er juillet 03
   


 
 

:



En ce jour du jeudi 9 mars 2006
. Mettons que nous savons désormais que deux paliers ont été franchis qui ne permettent que malaisément le retour. Premier palier dépassé, la bombe nucléaire. Soixante et un ans. Deuxième palier dépassé, le réchauffement de la planète. Dix ans, un peu plus. Nous avons, depuis, comme le sentiment d’une longue et froide résignation. Tout arrive et tout nous arrive mais ce qui nous touche nous trouve abouliques et nonchalants, tout juste décidés à numéroter nos abattis. On dirait bien que les démissionnaires — ceux qui ont fait le choix de se choisir — ont rejoint les licenciés — ceux qui n’ont pas été choisis, ceux qui ont été éliminés — formant ainsi une cohorte immense de chômeurs du désir politique. Nous semblons prêts à toutes les fatalités et notre faculté de renonciation paraît inépuisable, elle. Pourtant, rien que ces derniers jours, voyez-vous, il y a cette histoire de l’Inserm qui propose de médicaliser les enfants en bas-âge dès lors qu’on soupçonnerait chez eux des comportements déviants pouvant mener à une potentielle déliquance à l’adolescence. Il y a cette innovation technologique japonaise qui consiste à identifier les individus, non plus à partir de leurs doigts ou de leurs yeux, mais en scannant les veines de la paume de leur main afin de réduire les possibilités de falsification qu’autorisent, dit-on, les empreintes digitales. (...)
.