Lautresite, le jour, 23 septembre 03


Ben Caïd :
(à part) Scout ! Oh Merci… Tout le monde est là pour t’accueillir. Toutes les femmes, les enfants … Même tes chèvres, tes brebis que tu avais laissées. Regarde ton père, avec qui je me suis réconcilié grâce à toi ! Pour un simple malentendu…. Une simple divergence de point de vue. Mais qu’importe aujourd’hui, tu es sain et … Que tu es brillant ! Et ta fiancée. Approche Fatima. Si ton père était là, son cœur serait rempli de joie (à part à Mokthar) Ca fait trois jours qu’elle ne mange pas, elle est comme ça. Fatima, fille de notre regretté Sidi Fikih, Moktar, mon neveu mon fils, approchez-vous l’un de l’autre, que tout le village vous voie, mes tourtereaux. Mais avant de célébrer ce mariage, sachez que le Ministère des affaires indigènes m’a personnellement chargé de remettre à notre héros de la bataille de gem…dgemblouxe, la médaille du mérite. (il met la médaille à Moktar) Je suis ému quand je pense que c’est moi qui lui ai appris à tenir ses chèvres quand il était petit, et maintenant, il chante la Marseillaise en berbère !

Sam Moktar :
Pendant ce temps, Fatima n’a d’yeux que pour moi et moi que pour elle. Je ne pense qu’àààààààà… Ah Fatima…. Je veux me blottir dans ses bras, me laisser guider par son intelligence, je suis prêt à l’aimer loin de la folie des hommes et de la guerre. Qu’elle m’emmène loin d’ici, dans des pays lointains et fertiles, où il ne faut pas, pour gagner son pain, nier son humanité et faire ce que j’ai du faire à Gembloux… Dans son regard, je l’entends me murmurer : Moktar, je me moque bien des honneurs et des médailles. Je serai ton épouse car tu es mon élu.

Noir



Fin