Lautresite, le jour, 23 septembre 03



Sam Moktar :
Non Miloud, tire pas… Les Allemands… ne nous ont pas descendu tout de suite. Miloud en était pourtant sûr. On en avait tué un. Et cela avait rameuté les autres. Et maintenant nous marchions, attachés l’un à l’autre… Etre prisonnier à quelques avantages avant d’arriver au camp de travail, comme des oies que l’on gave pour mieux extirper leur foie, ils nous gardent précieusement en vie.


Voix de l’histoire (Sam et Ben errent sur la scène comme des prisonniers dans une cour) :
Gembloux, Gembloux morne victoire. Malgré la perte de nombreuses vies, la bataille de Gembloux vient de se conclure par un incontestable succès tactique. En effet, menés par des chefs dont le mérite et les compétences resteront à jamais gravés dans notre histoire, les tirailleurs marocains ont su se battre jusqu’à la mort pour arrêter une division blindée d’environ sept cents chars allemands. Cette bataille héroïque est néanmoins suivie par un ordre de repli stratégique qui laisse malheureusement notre royaume à la merci de l’occupant nazi. Peuple de Belgique, résistez par tous les moyens, la victoire finale sera nôtre.
Les quai des gares de Liège Guillemins, Charleroi, Namur, Anvers, et peut-être d’autres à propos desquelles nous n’avons encore reçu aucune information, sont bondés de jeunes gens, de soldats français et de tirailleurs venus d’Afrique, forcés d’embarquer dans des trains en partance pour les camps de travail en Allemagne Nazie. Cela devrait malheureusement permettre à l’ennemi de produire encore davantage d’armements, et ainsi, d’accroître sa supériorité sur les plans matériel, logistique et militaire.