Lautresite, le jour, 24 septembre 03



Scène 4


Sur le bateau qui les emmène en France

Ben Fkih :
Moktar, sors ton mouchoir et réponds à ces gens qui te font signe.

Sam Moktar :
Mais je ne les connais pas Sidi Fkih.

Ben Fkih :
Nous sommes tous frères. El nassou bi nassou wa nassou bi Allah.

Sam Moktar :
C’est étrange Sidi Fkih… Je ressens de la tristesse parce que je quitte mon pays et en même temps, à l’intérieur, c’est comme si j’étais heureux.

Ben Fkih :
C’est normal mon fils : partir, c’est un peu trahir . Et trahir, c’est grandir un peu. Pause

Sam Moktar :
Franchement Sidi Fkih, je comprends pas.

Ben Fkih :
Continue, agite…., agite ton mouchoir.

Ils disparaissent dans l’obscurité et reviennent, par les côtés, à l’avant-scène.