Lautresite, le jour, 24 septembre 03
       




Ô, fils des étrangers!

Troisième épisode: suite d'une histoire banale.

Madame, Monsieur,

En votre qualité de membre de la Commission parlementaire des Naturalisations, nous souhaitons attirer votre attention sur un dossier que nous traitons depuis lundi 22 septembre sur «lautresite », le site internet de Causes Communes.

Il s’agit de la demande de Monsieur David Bary, « nouveau Belge » d’origine burkinabé, qui souhaite faire venir dans notre pays son épouse et ses deux filles mineures. Bien qu’ayant préparé la rentrée scolaire de ses enfants, il n’a pu encore les accueillir. Ses démarches sont entrées progressivement dans un cycle lancinant de contraintes et d’absences de réponses auquel, à ce jour, il ne voit pas de terme.

Sachant, pour traiter souvent de l’asile ou du refuge, que le cas de Monsieur Bary peut paraître non prioritaire, il nous a paru cependant que ce dossier était symbolique de l’actuel débat sur le droit de vote des «étrangers non communautaires» et de la préférence qui devrait être accordée, selon certains, au processus de naturalisation, garantie de droits pleins et entiers.

Ici, nous sommes bien dans le cas d’une naturalisation pleine et entière. Nous ne sommes pas sûrs cependant que l’Administration, et l’Office des Étrangers (sic) en l’occurrence, l’aient bien compris.

C’est pourquoi nous vous transmettons ce dossier dont vous trouverez les pièces essentielles sur www.lautresite.com aux dates des 22 et 23 septembre derniers, en souhaitant que vous pourrez intervenir rapidement afin de débloquer cette situation et rétablir Monsieur Bary dans ses droits de citoyen belge.

Vous remerciant.