Lautresite, le jour, 22 septembre 03



Ben Caïd :
Moktar ! Quelle surprise! Comme tu as grandi mon neveu.

Sam Moktar:
Je suis venu à pied.

Ben Caïd :
Ça, je l’ai remarqué à ta couleur et à ton odeur ! Va chez moi, demande des vêtements à ta tante et lave-toi. Vas-y, j’arrive dans une demi heure.

Sam Moktar :
J’ai un paquet pour toi. Quelqu’un est venu me l’apporter la veille de mon départ, mais je connais pas. Regarde, il y a ton nom écrit dessus.

Ben Caïd :
(ouvrant l’enveloppe) Ya Salam… Qui t’as donné ce paquet ?

Sam Moktar :
Je ne sais pas, je ne l’ai pas vu.

Ben :
Il te l’a donnée et tu n’as pas vu ? Vous autres là-bas, continuez je prends de l’avance. On se retrouve chez moi. (à Moktar) Tout ça c’est de ta faute, viens ! Passons par la Kasba. Nous aurons de l’avance sur la Fanfare. (pause)
Entre Ferme la porte ! Qui ta donné cette lettre ?

Sam :
Je sais pas. Il faisait nuit, il s’est approché et m’a dit : « Tu vas à Nador ? Remets ça au Caïd. Il saura quoi en faire.