Lautresite, le jour, 22 septembre 03
       

... Au nom du père ...

J’ai obtenu la nationalité belge en juillet 2002. Cela faisait huit ans que j’étais séparé de ma famille. Ce n’était pas une situation facile, ni pour moi, ni pour ma famille. Vieillir en silence loin l’un de l’autre et ne pas voir ses enfants grandir ! Les gens qui ne vivent pas cette situation ne peuvent pas comprendre la tonne d’angoisse et de frustrations que cela constitue. Même vos proches collaborateurs oublient régulièrement votre situation particulière et évoquent leur bonheur familial au quotidien, oubliant qu’on ne parle pas de corde dans la maison d’un pendu.

Nul n’est méchant volontairement, il faut le croire.

Je dois dire que ce n’est pas en aventurier que je me suis retrouvé en Belgique. Un organisme international dont le siège se trouve à Bruxelles m’a choisi pour occuper les fonctions de conseiller.

Je suis venu à Bruxelles avec un permis de travail après avoir fourni tous les documents demandés par l’Administration belge, y compris un certificat prouvant que je n’avais pas le SIDA.

Je ne m’attarderai pas sur toutes les tracasseries administratives qu’on rencontre une fois en Belgique. On use ses chaussures sur la route de la commune. J’ai même dû annuler des missions importantes à cause de la lenteur mise à renouveler ma carte de séjour après plusieurs années en Belgique.