Lautresite, le jour, 22 septembre 03
       
 


En juillet, il a rentré tous les documents nécessaires à l'ambassade de Belgique à Ouaga, avec monnaie sonnante et trébuchante officiellement versée à l'ambassade même si, dans son cas, les textes annoncent la gratuité des démarches pour l'obtention du visa.

En juillet, David s'est également préoccupé d'inscrire ses enfants dans deux écoles secondaires bruxelloises, et son épouse, qui travaillait à Ouaga, a annoncé qu'elle quittait son emploi.

Nous sommes le 22 septembre, les visas ne sont pas là et la famille n'est toujours pas arrivée.

Depuis le mois de juillet, plusieurs amis de David ont décroché leur téléphone pour connaître l'état de sa demande de visa. Et devant le silence répété, sont montés de plus en plus haut…

Les contacts directs avec l'office des étrangers sont quasi impossibles: le 02 206 16 67, 206 16 69 et 206 16 70 sont toute la journée branchés sur répondeur. Quant on joint Madame V., à qui renvoient tous les interlocuteurs, celle-ci répond qu'elle n'a pas de nouvelles et que "ce n'est pas aussi simple". Un des collaborateurs directs du Ministre des affaires étrangères ne peut apparemment pas en dire plus et même un des conseillers directs du Premier Ministre s'avoue impuissant à faire davantage…
Nous sommes le 22 septembre et les enfants de David sont toujours à Ouaga. Sans visa.