Lautresite, le jour, 22 septembre 03
       
[


Ces derniers jours, la presse belge s’est fait l’écho des difficultés que rencontre l’association Causes Communes, éditrice de lautresite. Ces difficultés sont réelles. Elles amèneront, dans quelques semaines tout au plus, à fermer les portes de l’association. Lautresite, quant à lui, terminera sa parution à la fin de cette semaine.
Il se trouve que cette fermeture va coïncider avec un anniversaire. Il y aura quinze ans, en décembre prochain, que fut lancée la première de ces idées qui nous amèneraient là où nous sommes aujourd’hui. L’Opération Villages Roumains, qui allait, en quelques mois seulement, mobiliser quatre mille communes européennes autour de la lutte contre le plan de systématisation rural en Roumanie, avait en effet permis, à ceux qui aujourd’hui se retrouvent au sein de Causes Communes, de développer un principe inédit pour l’époque et répété souvent depuis : la responsabilité du terrain local en matière de politiques extérieures. Cette idée-là, comme celles qui allaient suivre, s’inscrivait clairement dans le terrain politique en même temps qu’elle dénotait par un angle et une approche qui ont paru parfois impertinents. Car voilà, ces idées-là sonnaient aussi l’intrusion d’un acteur tout à fait insolite sur la scène de la politique internationale : le citoyen, la personne dont on n’avait pas encore sollicité les compétences, l’homme et la femme conscients de la nécessité d’un engagement qui dépasserait les limites de la proximité tout en se fondant sur elle pour peser ses actions et mesurer ses initiatives. Nous avions qualifié ce mélange de «poésie politique». Et nous sommes toujours occupés, quinze années plus tard, à le brasser, ce mélange. (...)




















]