Lautresite, le jour, 18 septembre 03
       
[


En ce jour du jeudi 18 septembre 2003,
il n’est peut-être pas inutile ici de rappeler que la revue que vous lisez vit ses dernières heures. Elle s’arrêtera à la fin de ce mois. Nous vous en avions prévenus. On ne pourra pas dire que nous vous aurons pris au dépourvu. C’est comme cela que va se clôturer aussi une assez longue histoire de quinze années. Causes Communes, l’association qui porte ce projet, avait choisi, avec lautresite, de s’engager sur le temps long de la recherche, qui suivait le temps court de l’action — oserions-nous dire directe ? Les terrains — dirions-nous d’invention ? — que nous avions arpentés jusque-là (ce fut la Roumanie avec Opération Villages Roumains, ce furent les territoires de l’ex-Yougoslavie avec Causes Communes, deux associations, deux lieux, le même feu) nous avaient permis de travailler, répétons-le ici, le « comment » de l’action politique, d’autres auraient dit, en d’autres temps, de l’action citoyenne. Au centre de nos préoccupations, de 1988 à 2001, s’inscrivait cette question du « comment faire société ». Elle a, d’un coup, parut obsolète, une fois le détricotage européen entamé et, celui, mondial, qui s’ensuivit. Avec lautresite, nous sommes alors passés à la question du « pourquoi ». Le « pourquoi faire société quand tout nous invite à déchirer le lien social » était devenue, à nos yeux, une préoccupation majeure. On voit que de notre point de vue initial nous avions retenu le « faire société », très évidemment essentiel et fortement chevillé. Cette revue se donna donc comme ambition d’investiguer un peu dans « l’infrapolitique », ce qui est souterrain dans le lien, mais dont on peut supposer aussi qu’il le fonde. Avec l’infrapolitique, vient la mémoire. (...)



















]