Lautresite, le jour, 17 septembre 03



Mademoiselle Alice

Côme avait perdu tous ses cheveux. Mais, aux regards gênés ou parfois insistants des visiteurs sur son crâne chauve, il répondait en riant que les siens poussaient à l’intérieur.

Chaque jour, dans le service du professeur Bec, plusieurs infirmières passaient voir le garçon à mauvaise mine. La grande Chantal avait beau être gaie, la grosse Catherine affectueuse, seule mademoiselle Alice savait comment l’aider à garder espoir.

Cette infirmière étrange le soulageait avec des baumes bien plus efficaces que les médicaments : des extraits de contes de fées. À croire qu’elle les avait tous lus ! Chaque soir, en venant border Côme, elle lui racontait la manière dont tel héros s’était sorti d’une situation proche de la sienne. Le glissement vers le sommeil n’était plus alors qu’une simple formalité.

Dans la journée, son infirmière préférée passait toujours à des heures imprévues, souvent quand les autres étaient trop occupées. On aurait même dit qu’elle devinait le moment exact où Côme avait besoin d’elle, sans qu’il ait jamais à appuyer sur le bouton d’appel.

Côme trouvait mademoiselle Alice belle et rayonnante. Même sa blouse conservait tout son mystère, contrairement au reste du corps médical, peu troublé d’afficher par transparence de gênants sous-vêtements.