Lautresite, le jour, 17 septembre 03

   




Juillet 2001 est éclatant de soleil et je « processionne » vers le Monastère de Dragomiresti, village de la vallée de l’Iza en Maramures. Ainsi fais-je corps avec plusieurs centaines de villageois qui convergent vers ce lieu de recueillements et de prières.

Je rattrape, en forçant le pas, l’avant du cortège afin d’être en haut de la colline pour bénéficier d’une vue d’ensemble sur « l’événement » et prendre quelques prises de vues.
Difficile de faire sans sujet « religieux » dans cette région isolée où les clochers poussent comme des champignons. Ici la parole du Pope est d’or et les ecclésiastiques de tous bords ont un avenir assuré.

Au sein d’une population majoritairement vieillissante et dévote -la majorité des jeunes ont fui en Europe occidentale - un paradoxe, une vision cocasse et coquine effleure: des demoiselles, tout en portant (plus pour longtemps) des vêtements traditionnels (chemisiers brodés, jupes longues et foulards aux tissus couverts de motifs comme il sied en Maramures), sont dressées sur des escarpins comme si l’heure se prêtait à séduire et danser…

Derrière l’église, une vieille s’agenouille et prie à l’ombre des péchés