Lautresite, le jour, 16 septembre 03



Un souffle au bout du lit

Côme habitait un lit. À l’âge où la plupart des enfants ne s’y retrouvent que pour dormir, lui, y demeurait jour et nuit. C’était un lit de grande personne, un lit bien trop long pour un enfant de onze ans et demi. Une bonne partie du bout et des coins lui était pratiquement inconnue. Seul l’un de ses pieds s’y aventurait parfois à la recherche d’un peu de fraîcheur.

Cet après-midi-là, Côme venait justement d’envoyer son pied droit faire une exploration plus poussée dans la région des draps tendus, lorsqu’un curieux phénomène se produisit.

Il ressentit un léger souffle sur son orteil. Par réflexe, il rétracta vivement sa jambe. D’où pouvait bien provenir ce filet d’air ? Le lit semblait pourtant impeccablement bordé au bout et sur les côtés. Côme passa la tête sous le sommier.

Loin de cesser, le souffle reprit de plus belle, comme si une fenêtre restée entrouverte se trouvait quelque part, tout au fond du lit.
Et brusquement… plus rien.

Intrigué, Côme décida de percer le mystère. Plongeant la tête, puis les épaules sous les draps, il se retrouva dans la pénombre. Ses yeux ne s’y habituaient que très lentement.