Lautresite, le jour, 15 septembre 03
       
[


Les images de ceux qui passent « par-dessus bord » manquent. Ces porosités vertueuses ne nous mènent pas cependant mécaniquement vers l’aporie et ne nous empêchent pas de penser complètement un événement, c’est là ce que nous gagnons en devant imaginer l’inimaginable lorsque, par ailleurs on ne nous propose que du vraisemblable. Dans les images cachées de ce week-end, posons aussi la manifestation pour le foulard, tenue à Bruxelles. Où il est remarquable déjà que les pérégrins furent deux cent cinquante quand ils s’attendaient cinq mille. Mais où les banderoles (ah, l’importance de qui est écrit, dans une image !) ne furent pas traduites en télé où on les voyait quand elles le furent en radio où l’on ne les voyait pas. Il y fut question une fois encore, rappelez-vous de la semaine dernière, de cette comparaison avec les droits des homosexuels et l’on sentait bien que la Belgique entière était sommée de choisir son camp entre les tantouzes ou les gouines et ce bout de tissu sacré qu’«on ne peut pas décemment demander aux jeunes filles musulmanes de retirer, c’est comme si on leur demandait d’enlever leur culotte», comme disait une manifestante. Où l’on voit qu’à part du politique, quelque chose travaille sur ces banderoles et que ce quelque chose est peut-être bien sexuel, il vient en creux, il connote, vous le regardez de biais, il vous apparaît en face. Je dis cela parce qu’il serait tout de même licite de se demander avec quelles images mentales ces deux cent cinquante personnes se promenaient dans la rue, dimanche. Ce compte-là aussi demandera à être fait, en additionnant ce qui fait liberté et en soustrayant ce qui fait soumission et il n’est pas sûr, disons-le de suite, que le compte soit rond. Voilà notre marmite un peu plus pleine et nous nous apercevons que nous ajoutons plus que nous n’ôtons. Là non plus ce n’est pas juste. Nous passerons donc les jours prochains à extraire de notre marmite ce qui demanderait à l’être. Enfin, nous tenterons.

PS. Sébastien qui a passé un week-end sociologique à la fête de l’Huma, confirme que les logos de RTL et de TF1 pendaient aussi à la droite de la .grande scène. Ceci étant donc littéralement une « chose vue ».

























]