Lautresite, le jour, 4 septembre 03

Mais Marc Pataut refuse à juste titre de réduire leur expérience à une contrainte d’adaptation, ne serait-ce que parce que la figure de l’exclu masque trop souvent une diversité de parcours, parmi lesquels on peut encore distinguer des choix d’existence, des refus d’intégration.
L’intimité territoriale peut résulter d’une obligation de repli mais elle participe d’une ouverture. Elle instaure une autre «dimension» —dans tous les sens du terme— de la subjectivité : irréductible au partage privé-public qui fonde la définition légale et normative de l’autonomie du sujet depuis la mise en place de la sphère publique bourgeoise. Ce qui apparaît dans cette ouverture n’est pas l’horizon d’un sujet collectif ni même l’imaginaire d’une communauté alternative édifiée sur les ruines du contrat politique. L’opposition binaire privé-public est suspendue par la soustraction de l’intimité et son déplacement dans la dimension territoriale. L’expérience du Cornillon peut toutefois difficilement servir de modèle de viecommunautaire, et son interprétation photographique reste entièrement le fait d’un individu poursuivant son histoire. Sauf que cette histoire ne cesse de dévier, de se démultiplier dans l’invention d’autres relations et d’autres territoires.