Lautresite, le jour, 5 septembre 03
       
[


Car il n’est pas aisé de porter son regard vers quoi l’on sera le plus tolérant. Vers un enseignement propagateur de différenciations sociales, culturelles et économiques, ainsi qu’un récent rapport le laisse voir ? Ou vers des enseignées (car aussi, où sont les garçons dans cette histoire ?) dont on nous dit aussi parfois — il existe là-dessus une littérature et Harlem Désir relaya autrefois cette thèse— que leur exigence identitaire serait le signe annonciateur d’une distanciation d’avec leur propre milieu sociologique et que le port du voile ne serait jamais que le premier pas vers l’achat de jeans ?
Quel pari donc entendons-nous faire ? Il faudra être juste là-dessus. Très juste. Ce débat a plus de dix ans aujourd’hui et le sentiment naît qu’avec ce slogan écrit sur les murs et les résultats du récent rapport sur les inégalités scolaires, il se clarifie tout à coup. En même temps que les supposés universalisme et égalitarisme de l’enseignement en prennent un coup, la revendication particulariste engage sa spécificité sur des terrains plus clairement politiques. L’école, parce qu’elle offre une surface de confrontation culturelle directement visible, n’est dès lors plus que le lieu instrumentalisé d’un débat qui désormais la dépasse. Il est permis de lire ici, sans relever d'une pathologie mentale, une suggestion de type ségrégationniste portée par ceux-là mêmes qui sont aussi, à n’en pas douter, les victimes d’une disqualification sociale. De cette façon, le cercle est-il parfait.
Par l’un de ces curieux emportements de l’actualité qui parle tout seul, le Parlement européen, arguant d’une « violation du principe d’égalité entre hommes et femmes », vient de sommer les moines orthodoxes du Mont Athos de mettre fin à l’interdiction faite aux femmes (et aux enfants, et aux hommes glabres) d’accéder au monastère. Qu’en dira-t-on sur les murs de Bruxelles 2 ?























]