Lautresite, le jour, 16 juillet 03



Le processus d'adoptions unilatérales des villages menacés institué dans le cadre d'OVR a de facto engagé les municipalités sur la voie d'une vraie diplomatie intercommunale directe contre laquelle un pouvoir centralisé — tel qu'il existait en Roumanie — ne pouvait pas grand-chose. Cette ingérence inédite laissa effectivement Ceausescu a quia et handicapa — cumulée qu'elle était à des difficultés économiques internes — la menée même du plan d'homogénéisation des villes et campagnes roumaines. Ce fut la première manifestation aussi massive et aussi déterminée du local dans une affaire politique internationale, elle paraît aujourd'hui avoir toujours existé.
Ce surgissement répond cependant à une irruption : il a fallu que le monde arrive dans les communes pour que les communes aillent au monde. Par monde, je n'entends pas étranger. L'étranger, la commune le connaît et le pratique depuis toujours. Par monde, je veux dire le monde des enjeux, le monde du politique, le monde du village planétaire. Aujourd'hui, chaque commune est un port. On peut y arriver de n'importe quel point de la planète. Qu'une commune n'ait rien à voir dans les conflits ethniques qui déchirent le Burundi ou dans les guerres qui ensanglantent le Libéria ne l'exonère pas, par hypothèse, de devoir en gérer une partie des conséquences. Cela fut particulièrement le cas avec les prisonniers bosniaques des camps de détention serbes en 1992. Libérés à condition d'être accueillis dans des pays occidentaux, ils passèrent de l'écran de télévision au salon des téléspectateurs en quelques semaines seulement. Avec un peu d'attention, nous aurions pu les reconnaître. Dans ces conditions, comment imaginer construire sa maison à l'écart du village global ? Comment faire, en effet, alors que l'arrivée de plus en plus importante de flux migratoires dans les hameaux les plus reculés rappelle sans cesse que la terre est ronde ? Il n'est pas sûr qu'il ne faudra pas un jour inscrire la gestion du monde au budget communal. Il n'est pas sûr que cela soit une mauvaise nouvelle.