Lautresite, le jour, 15 juillet 03



Beaucoup de choses se passent en effet entre les uns qui gagent, les autres qui s'engagent. De qui, finalement, l'histoire aura-t-elle raison ? Je ne veux croire ni à l'abolition des rêves ni à la trahison des clercs. Vivre ainsi, hésitante posture à la Cervantès. N'être jamais été qu'à moitié d'accord avec les indignés. Il n'est pas nécessaire d'être coupable pour agir, on ne le sait plus assez aujourd'hui. Se dire que l'indignation, finalement, c'est comme l'information. Qui ne la transforme pas se rend décidément inutile.
La douzième étoile serait-elle celle du shérif ?

Verbatim, 7
Quel temps fait-il ? N'importe lequel, mais vite !

Histoire, 6
17 juillet 1995. Osijek —dans Ouest-France, on écrit Osijiek— a essuyé douze roquettes la nuit dernière. Les locaux de l'Ambassade de la démocratie locale que nous avons installée dans cette ville en 1993 sont situés à deux pas de la Drava, face aux lignes serbes, de l'autre côté de l'eau. On prend son café court sur une terrasse ensoleillée et les gens vous y saluent. François Frederich et Damir Juric sont aujourd'hui en poste à Osijek, après que Patrick Quinet l'a bâtie et construite. Depuis trois ans, les nuits y sont plutôt calmes. Seuls certains vendredis soirs imbibés pétaradent de quelques rafales de miliciens du bord opposé. Ils ne visent rien d'autre que la peur. Mais même en tirant en l'air, ils l'atteignent chaque fois. Cette fois, c'est plus sérieux.