Lautresite, le jour, 7 juillet 03


La société civile avait donc doublé l'institutionnel. Mais après tout, n'est-ce pas son rôle de promouvoir toutes les notions neuves qui, comme le devoir d'ingérence, alimenteront le débat politique ? Elle sera aussi le lieu, sans doute, où l'on discutera, dans des "Forums nouveau genre", de tous ces changements qui affectent le cours de l'histoire et nous amènent à repenser chez nous aussi le fonctionnement de nos démocraties. Elle se doit, toutes affaires cessantes, de devancer les frileux d'une démocratie à créer, les effrayés du changement, qui voudraient donner un répit à la barbarie en Roumanie prétextant que déjà "tout va trop vite" partout ailleurs et que les questions posées par la situation à l'Est sont déjà trop nombreuses. Et il est temps, pour permettre à la Roumanie de prendre sa place dans l'espace démocratique, que les actions politique et humanitaire se conjuguent. C'est même une question d'urgence. La clémence accordée à la tyrannie, disait Saint-Just, est une forme de barbarie". Carte blanche au Soir, le 21 novembre 1989, avec Yves-Luc Conreur, Jean-Pierre Jacqmin, Vincent Magos.

Correspondances, 1. Nicolas à Paul.

Lundi premier avril 1996, soir, entre Madrid et Bruxelles. Aujourd'hui Madrid. Sous la pluie et dans le froid, mais quelle importance, la salle de réunion n'avait pas de fenêtre. Une de ces associations européennes, parlant d'Europe en plusieurs langues — mais chacun n'écoute que la sienne dans son petit casque transpirant la peur et le désarroi de quelques fonctionnaires, confrontés à la complexité du monde que le projet Europe oblige à accepter. Cette Europe sentait le renfermé.