Lautresite, le jour, 3 juillet 03

Guy Verhofstadt I

12/06/99
17/06/03

coalition
VLD-PRL-FDF-MCC-SP-PS -
Agalev-Ecolo


"Nous sommes une nation petite, mais prospère"


Le gouvernement s’attellera également à une réforme profonde de notre fiscalité. Cette réforme fiscale doit entraîner une diminution des barêmes et une augmentation du revenu minimum imposable. (...) Notre pays dispose d’un système de sécurité sociale efficace. Les moyens nécessaires pour couvrir les besoins seront garantis. (...) Il faut moderniser la sécurité sociale.(...) Le statut des travailleurs à temps partiel sera amélioré. (...) Le gouvernement garantira en priorité la viabilité du système de pension légale (...). Dans la politique des soins de santé, le patient et la qualité des services prestés devront jouer un rôle central. Les soins de première ligne et la prévention seront stimulés. (...) L’attention portée au développement durable de notre société sera la troisième priorité de l’action du nouveau gouvernement. La qualité de vie des générations actuelles et suivantes fera partie intégrante de chaque acte qu’il posera. (...) Le gouvernement s’attaquera intensivement à la question de la mobilité. (...) Il entamera une valorisation importante, au niveau qualitatif et quantitatif, des transports en commun et du transport de marchandises. (...) Pour résoudre le problème de l’engorgement de Bruxelles, on entamera la réalisation d’un Réseau Express Régional. La libéralisation du secteur de l’électricité sera accélérée (...). Le développement de sources d’énergie alternatives sera accentué. (...) Notre pays s’inscrira dans un scénario où la désactivation des centrales nucléaires sera entamée dès qu’elles ont atteint l’âge de 40 ans. (...) Nous sommes une nation petite, mais prospère, avec une économie ouverte orientée vers l’exportation qui a tout intérêt à ce que l’Union européenne continue à se développer. Outre une préparation intensive de la présidence belge en l’an 2001, le gouvernement veillera à transposer les directives européennes dans les temps. (...) Le point de départ de la politique étrangère sera le respect des droits de l’homme. À cet égard, le gouvernement souhaite mener une politique active au sein des institutions internationales. (...) Le gouvernement fournira plus d’efforts pour développer nos relations économiques étrangères (...). La confiance dans les produits belges devra être rétablie après la crise de la dioxine. (...) En matière de coopération au développement, le gouvernement opte pour une augmentation progressive et substantielle des moyens disponibles pour la coopération internationale (...).
.
Une partie des moyens disponibles sera de toute manière engagée pour la prévention et la gestion de conflits, les droits de l’homme, l’intégration sociale dans la période post-conflictuelle et l’accompagnement humanitaire des flux de réfugiés dans le Sud. (...) Une commission intergouvernementale et interparlementaire de renouveau institutionnel et démocratique sera créée, commission qui réunira tant le pouvoir législatif que le pouvoir exécutif de l’État fédéral, des régions et des communautés. (...) Il existe déjà une unanimité entre les partis majoritaires flamands et francophones en ce qui concerne un certain nombre de réformes susceptibles d’améliorer le fonctionnement de l’État fédéral et des entités fédérées de manière substantielle. (...) Avant la fin du mois, le gouvernement approuvera un projet relatif à la création de l’agence fédérale pour le contrôle et la sécurité alimentaire. (...) Le gouvernement optera pour les normes les plus sévères pour chaque maillon de la chaîne alimentaire. (...) Tous les partis qui souscrivent à cet accord de gouvernement s’engagent pleinement en faveur (...) (d') une politique qui respecte les lignes de force suivantes :1) le pays respectera strictement le pacte de stabilité européen, ce qui signifie que le budget devra être en équilibre en 2002; 2) les moyens financiers attribués au système de sécurité sociale restent garantis; 3) la pression fiscale et parafiscale en général et la pression sur le travail en particulier qui sont trop élevées, doivent être abaissées progressivement; 4) la nouvelle politique s’inscrira dans un contexte de développement durable. Les élections du 13 juin 1999 voient l'émergence d'un gouvernement original réunissant libéraux, socialistes et écologistes. Bien que paradoxale, cette coalition "arc-en-ciel" parviendra au terme de sa législature. Les différentes sensibilités en présence s'affirmeront dans un accord gouvernemental faisant place aux priorités des différents partis : protection de la sécurité sociale, emploi, réduction des charges sur le travail, soutien aux PME et aux indépendants, protection de l'environnement et développement durable. Les ministres et Secrétaires d'État écolos finiront pourtant par quitter le gouvernement quelques jours avant la tenue des élections du 18 mai. Cette rupture résulte d'une mésentente sur la question des vols de nuit au-dessus de Bruxelles.