Lautresite, le jour, 3 juillet 03

Guy Verhofstadt I

12/06/99
17/06/03

coalition
VLD-PRL-FDF-MCC-SP-PS -
Agalev-Ecolo

"Au XXIe siècle,
la réalité économique et sociale sera totalement différente de ce que nous avons connu "


Les élections du 13 juin ont profondément bouleversé les rapports politiques. Les citoyens ont envoyé des signaux divergents et ont créé à première vue un paysage politique fragmenté. Les mouvements électoraux révèlent un courant de fond, une volonté plus forte de rompre avec la manière dont ce pays est dirigé et surtout le souhait insistant d’une administration meilleure et différente. (...) La protestation massive de centaines de milliers de citoyens en automne 1996 en fut l’expression la plus visible. Afin de répondre à cet appel au changement qui s’est exprimé également le 13 juin, le VLD, le PS, le PRL, le SP, ECOLO et AGALEV ont élaboré un projet ambitieux et cohérent, un projet qui vise à rompre avec le passé tant au niveau de la forme que du contenu (...). Il s’agit d’un projet novateur dont le but est de rétablir la confiance des citoyens dans les autorités, d’ouvrir un espace aux forces créatives de la société, de donner à chacun les mêmes chances d’épanouissement et de bonheur, de garantir la protection sociale de tous les citoyens et de construire une relation durable entre l’homme et son environnement. Ce projet peut rétablir l’image de la Belgique dans le monde. (...) La priorité majeure du gouvernement sera d’opérer une réforme profonde des administrations publiques. (...) L’objectif est un service de qualité qui puisse tenir la comparaison avec les meilleures entreprises privées ou administrations publiques à l’étranger. (...) Les citoyens doivent être au centre du processus décisionnel. Pour renforcer leur emprise sur la politique, le gouvernement invite le parlement à installer en son sein une commission spéciale. Cette commission débattra d’une modernisation profonde du système électoral. (...) La justice est la troisième priorité des nouvelles autorités envisagée par le gouvernement. Pour répondre aux problèmes de la police et la justice, l’année dernière, les accords Octopus ont été conclus. Leur concrétisation rapide et complète est un objectif majeur du gouvernement. (...) Avant la fin de l’année, nous établirons un plan de sécurité s’inspirant du concept de la gestion intégrée de la sécurité. Ce plan sera constitué d’un volet préventif, d’un volet répressif et de l’accompagnement des victimes et du suivi des auteurs. (...) Le gouvernement établira un plan d’action en vue de résorber l’arriéré judiciaire. Ceci est indispensable si l’on veut rétablir la confiance du citoyen dans la justice et l’état de droit. (...)
.
La procédure d’acquisition de la nationalité belge sera radicalement simplifiée. Elle contiendra l’engagement du demandeur de respecter la Constitution, les lois et les droits et libertés fondamentaux. Le ministre de la Justice demandera aux parquets de s’inscrire dans cette nouvelle approche et de combattre toute infraction à la législation de naturalisation par des organisations criminelles. (...) Si nous voulons créer une société sûre, juste et tolérante, nous devons également améliorer la situation dans certains quartiers des villes où le sentiment d’abandon et d’exclusion se renforce. Une approche globale doit rétablir le caractère vivable de nos villes. (...) Au XXIe siècle, la réalité économique et sociale sera totalement différente de ce que nous avons connu jusqu’à présent. (...) La relation entre la croissance et l’inflation, qui a été modifiée de manière durable, indique l’avènement d’une « nouvelle économie », avec d’autres règles de jeu que celles que nous avons utilisées jusqu’à présent (...). Entre-temps une nouvelle opposition s’est manifestée à savoir le déclin mondial de l’environnement avec toutes les conséquences pour notre environnement local. Une croissance soutenue ne se traduit plus par une plus grande qualité de la vie, opposition que nous voulons dépasser par la croissance durable. (...) Les gens qui bénéficient de protection sociale doivent, (...), être réintégrés dans la société : les jeunes dont la formation est insuffisante, les personnes d’âge moyen qui se perdent dans la nouvelle société technologique, les pauvres qui vivent depuis des années en marge de la société. C’est le défi majeur que devra relever l’État social actif. Un État social actif ne se contente pas de distribuer des allocations, mais il investit surtout dans les êtres humains, dans leur formation, leur travail. (...) La création de premiers emplois pour les jeunes, la réduction substantielle des charges sur le travail, l’élimination des pièges à l’emploi, le relèvement du taux d’activité des plus de 50 ans, l’intégration sur le marché du travail des chômeurs de longue durée et des bénéficiaires du Minimex, la mise à disposition de travailleurs par la constitution de groupements d’employeurs et l’encouragement des PME sont les instruments essentiels qui seront utilisés. Le gouvernement renforcera les incitants financiers en faveur d’une réduction du temps de travail et de la semaine de quatre jours en restant dans les limites de la capacité concurrentielle des entreprises sans aggraver les coûts salariaux et en préservant le revenu des travailleurs. (...)