Lautresite, le jour, 1er juillet 03

Jean-Luc
Dehaene II

23/06/95
12/06/99

coalition
CVP/PSC -
SP/PS



"Il nécessite surtout un changement profond de
la mentalité des citoyens "


Notre société est à l’aube du vingt et unième siècle. Elle connaît de grands bouleversements qui sont autant de chances et d’opportunités nouvelles, que de dangers et de menaces. Le programme du nouveau gouvernement a pour objectif d’aider la société belge à relever les défis du vingt et unième siècle. (...) Le programme du gouvernement se veut un contrat pour le 21ème siècle, et offrir des perspectives claires pour plus de bien-être et plus d’emplois, de solidarité et de viabilité de notre société. C’est pourquoi le gouvernement doit réaliser les ambitions suivantes: promouvoir l’emploi et réduire considérablement le chômage en encourageant la création de plus d’emplois, d’emplois nouveaux, une meilleure redistribution du travail et d’autres modes de travail dans l’économie créatrice de demain, où une assise économique renforcée servira de base à une croissance durable. Une société viable renforçant le tissu social, le développement durable, la qualité de la vie, la protection du consommateur, une politique harmonieuse des familles et la lutte contre l’exclusion sociale, le tout se concentrant en une politique dynamique de renouveau urbain. Une modernisation de la sécurité sociale dans le but de l’adapter aux nouvelles donnes économiques et sociales et de continuer à garantir, pour l’avenir, une protection sociale à part entière pour la population. Une politique budgétaire rigoureuse garante de notre avenir, grâce à l’adhésion à l’Union monétaire européenne. Un rôle actif de notre pays comme moteur de l’intégration européenne et promoteur d’une coopération internationale. Un renforcement de l’Etat de droit et une amélioration constante de la démocratie offrant aux personnes des possibilités maximales de participation et d’épanouissement. (...) Le programme de ce gouvernement comprend les grandes lignes de force qui permettront la réalisation de ses six ambitions (...).

1. La première priorité du gouvernement est incontestablement la promotion de l’emploi. (...) Le gouvernement ne croit pas à des solutions miracles, mais il soutient une action continue (...) Le renforcement de l’assise économique est indispensable à la création de nouveaux emplois. C’est précisément pour cette raison que le gouvernement entend promouvoir l’esprit d’entreprendre (...).
Il s’agit aussi d’encourager les investissements dans les secteurs d’avenir et moderniser la législation économique et financière, stimuler le commerce extérieur, attirer les investisseurs étrangers et mener une politique de l’énergie axée sur l’avenir. (...) Le gouvernement entend également veiller à la compétitivité. (...) Le gouvernement veut donc mener une action ciblée dans cinq domaines : a. Une diminution des coûts du travail par une réduction des cotisations patronales à la sécurité sociale (...). b. Une redistribution du travail, notamment par le biais de différentes formes de travail à temps partiel et d’interruption de carrière (...). c. Une plus grande souplesse dans l’organisation du marché de l’emploi, qui doit répondre tant aux besoins de l’entreprise qu’à ceux du travailleur(...). d. Le développement de l’économie sociale, des emplois de proximité et du secteur " marchand social " (...). e. Le développement de la formation et du recyclage dans le respect des compétences des Régions et des Communautés. (...) Les formules négociées en faveur de l’emploi doivent être préférées aux formules imposées. (...)

2. Une structure économique rénovée et une politique dynamique de l’emploi sur tous les fronts permettent de jeter les bases du rétablissement du tissu de l’ensemble de la société. Des mesures légales et réglementaires ne suffisent pas à répondre au renouveau de la société. Il nécessite surtout un changement profond de la mentalité des citoyens où droits et obligations vont incontestablement de pair. D’autre part, les problèmes se concentrent essentiellement dans les villes ; il faut donc une politique énergique de renouveau urbain. (...) Six grands axes. (...) Des efforts accrus dans la lutte contre la pauvreté ; (...) une amélioration de la sécurité, par une spécialisation accrue des services de police et une coordination renforcée entre les services de police en créant des zones interpolices ; (...) une politique d’immigration et d’intégration conséquente, considérant la présence stable de personnes d’origine étrangère dans notre pays, comme un apport positif pour notre société. Dans le respect de la dignité humaine, une attitude énergique à l’égard de l’immigration illégale s’impose ; (...) une politique de lutte contre la drogue plus efficace basée sur la concrétisation du plan " en dix points " ; la légalisation de la drogue n’est pas une solution et n’est dès lors pas envisagée ; (...) une nouvelle réduction du nombre de victimes de roulage.