Lautresite, le jour, 1er juillet 03


Jean-Luc
Dehaene I

7/03/92
23/06/95

coalition
CVP/PSC -
SP/PS


"Le gouvernement veut comprendre
le signal
émis par le citoyen"




Il s'agit en effet du seul moyen permettant de réduire le poids accablant de la charge de la dette sur le budget et de créer ainsi une marge pour des initiatives utiles dans le domaine social et collectif. À long terme, l'assainissement des finances publiques s'impose d'ailleurs également si l'on veut disposer en temps utile des moyens nécessaires au financement des charges de pension qui augmenteront très fortement, notamment après 2010. (...) L'assainissement des finances publiques est un objectif social par excellence ; mais il constitue également un élément indispensable à l'intégration de la Belgique à l'Union Monétaire européenne. Notre pays, qui se situe au cœur de l'Europe et dont l'économie est fortement orientée vers l'étranger et plus particulièrement vers l'Europe, doit en effet appartenir au peloton de tête (...). La réalisation d'une Europe fédérale constitue dès lors l'objectif prioritaire de la politique étrangère de la Belgique. (...) Cette Europe se doit (...) de consacrer une plus grande attention aux défis de société qui sont les nôtres : un monde plus pacifique, plus juste, plus solidaire et plus écologique, avec une attention particulière pour les pays en développement. (...) La liaison de notre monnaie au mark allemand, la sauvegarde de la compétitivité de notre économie et l'assainissement des finances publiques constituent les piliers de la politique économique du gouvernement. Dans ce contexte, la promotion de L'emploi reste toutefois l'objectif primordial. (...) Le gouvernement développera en outre une politique spécifique axée sur les catégories de demandeurs d'emploi les plus vulnérables. (...) Je vous demande aujourd'hui la confiance sur la base de l'accord de gouvernement, afin de donner à la nouvelle équipe la chance de prouver à bref délai qu'elle prend au sérieux sa tâche de rénovation sociale, d'assainissement budgétaire et d'achèvement de la réforme de l'Etat. (...) Le gouvernement veut comprendre le signal émis par le citoyen le 24 novembre. (...) Le gouvernement veut réduire la distance entre le politique et le citoyen. (...) Le gouvernement est pleinement conscient de l'ampleur de sa mission. Il fera ce que le citoyen attend de lui : il gouvernera. Déclaration inaugurale du premier gouvernement Dehaene du 9 mars 1992 in les "Annales parlementaires".

Jean-Luc Dehaene (CVP) devient Premier ministre à l'issue des élections du 24 novembre 1992 qui voient le recul des partis traditionnels. Formée au terme de trois mois de concertation, la nouvelle coalition aura bien des difficultés à s'accorder sur un programme de réformes institutionnelles. L'accord gouvernemental découlant des négociations sera dès lors succinct. Jean-Luc Dehaene y insiste sur la réforme de l'État, l'assainissement des finances publiques, la rénovation sociale, l'intégration de la Belgique à l'Europe monétaire et le comblement du fossé entre citoyens et institutions publiques.