Lautresite, le jour, 24 juin 03






L'ingénieur va pouvoir se partager entre son laboratoire de la Compagnie des Compteurs, à Montrouge, et un local technique mis à disposition par le ministère, au 93 rue de Grenelle. À 43 ans, René Barthélemy a déjà participé à l'aventure de la TSF, déposé de nombreux brevets et organisé, un an auparavant, une épatante démonstration de "radio-vision".

Tous les jeudis, de 15 à 16h, les essais font chauffer le parc français des six postes de télévision. La chaleur accable également techniciens et artistes du studio de Grenelle : mécanique jusqu'en 1936, la capture d'images est terriblement gloutonne en éclairages. Sous les projecteurs, la température s'élève jusqu'à 50°, les cordes des violons claquent, les animaux savants se rebellent et les chanteuses dégoulinent. Il va falloir installer des manches à air, comme sur les ponts des paquebots. Mais qu'est-ce que c'est que cette folie de transmettre des images tremblantes, à un format de carte postale, alors que les films de Renoir et Duvivier triomphent au cinématographe ? Déformé par une maladie des os, le corps de René Barthélemy se raidit un peu plus. C'est pourtant une aventure technique extraordinaire ! Et puis, contrairement au cinéma, les images sont en direct et arriveront directement chez les gens… L'œil du ministre s'est-il allumé ? Soixante-dix ans après, il ne s'est pas éteint, les sourcils se froncent encore devant les télés libres.





TK

La série de Thierry Kubler se termine aujourd'hui.