Lautresite, le jour, 23 juin 03


Marc Eyskens

6 /04/81 17/12/81, coalition CVP/PSC - SP/PS




"La population belge, avec ses grandes qualités, n'a pas mérité cette crise."


La déclaration sur la politique à suivre, que le gouvernement soumet à votre approbation, est brève. Je constate que la crédibilité de longues bibles gouvernementales est entamée. Les circonstances sont si changeantes et la politique doit pouvoir s'y adapter si rapidement que des contrats gouvernementaux détaillés s'avèrent souvent inefficaces. Les options générales de la politique de ce gouvernement se rallient à celles du gouvernement Martens IV (...)
Le gouvernement se propose cinq objectifs prioritaires :
1° Tout d'abord, il convient de renforcer la confiance et de la rétablir là où elle a été ébranlée. Tous ceux qui sont touchés par la crise doivent à nouveau retrouver l'espoir et se rendre compte qu'il y a moyen d'en sortir. (...)
2° Le deuxième objectif fondamental est le maintien et la promotion de l'emploi, en premier lieu par une politique de redressement économique vigoureuse.
3° L'élimination progressive des grands déséquilibres dans la balance des paiements et dans le budget de l'État. L'économie belge et la politique suivie doivent aboutir à maintenir une monnaie stable et saine. Pour atteindre cet objectif, les efforts de redressement doivent être accélérés dans tous les domaines, même si cela exige des sacrifices consentis dans la solidarité et selon les possibilités contributives de chacun.
4° Le gouvernement mettra tout en œuvre afin de résorber le déficit de la balance des paiements en renforçant la compétitivité de notre économie. Ce faisant, il pratiquera une véritable politique anti-déflatoire.
5° La poursuite d'une politique efficace de lutte contre la crise requiert la stabilité. C'est pourquoi, le gouvernement encouragera devant les Chambres constituantes, les initiatives visant à mettre sur pied un gouvernement et un parlement de législature.
Étant donné la dégradation de la situation économique, le gouvernement mettra au point, dans les plus brefs délais, un programme d'urgence. (...) La capacité de notre économie sera renforcée par la réduction de la pression fiscale sur les entreprises. Les allégements fiscaux envisagés seront axés sur les investissements créateurs d'emplois. (...) Le gouvernement, après concertation avec les interlocuteurs sociaux, prendra des initiatives
afin d'alléger la pression des cotisations de la sécurité sociale en cherchant des compensations éventuelles dans la TVA sans compromettre les garanties de financement de la sécurité sociale. (...) La législation d'expansion économique sera révisée afin d'axer les mesures d'aide accordées sur la promotion de l'emploi, l'exportation et l'économie d'énergie. Le gouvernement portera toute son attention sur la promotion de nos exportations, notamment par l'adoption rapide de l'exécution d'un Plan de relance des exportations et de présence économique belge dans le monde. (...) Le gouvernement poursuivra la politique sectorielle de restructuration engagée dans les différents secteurs, plus particulièrement les plans de restructuration et de reconversion de la sidérurgie et de l'industrie textile seront exécutées rapidement. (...) Un projet de loi fournira la base légale en vue d'émettre un emprunt de crise dans des conditions attrayantes dont le produit sera affecté notamment au financement de la nouvelle politique industrielle. (...) Le gouvernement recherchera la concrétisation rapide et l'élargissement éventuel des mesures nécessaires pour lutter efficacement contre la fraude fiscale à tous les niveaux (...) L'objectif principal est de conserver l'essence même du modèle socio-économique belge, basé sur le bien-être. La population belge, avec ses grandes qualités, n'a pas mérité cette crise. (...) En ces temps difficiles, je considère qu'il est de mon devoir de dire que nous devons aussi avoir le courage, malgré tout, de relativiser, quelque peu, nos propres problèmes et de penser aussi aux 80 p.c. des pays du monde et aux milliards de personnes qui doivent chaque jour à nouveau lutter contre la faim, la sous-alimentation, la maladie et la mort prématurée. (...) Déclaration inaugurale du gouvernement Eyskens du 7 avril 1981 in les "Annales parlementaires". Le gouvernement Martens IV tombé, c'est Marc Eyskens (CVP) qui devient Premier ministre. Sa politique sera dans la droite ligne de son prédécesseur, à savoir le redressement socio-économique du pays. Son gouvernement tiendra neuf mois jusqu'aux élections législatives de novembre 1981 qui vit le recul important des sociaux-démocrates et la poussée des libéraux.