Lautresite, le jour, 19 juin 03


Wilfried Martens IV

18/05/80 22/10/80, coalition CVP/PSC - SP/PS




" la cohésion de l'Alliance atlantique dans le domaine militaire ne peut pas faiblir"




Toutefois, ceci ne vaut pas pour l'exécutif de la région bruxelloise qui est actuellement responsable devant le Parlement national. (...) Tout sera mis en œuvre en vue d'élaborer le plus rapidement possible cette solution globale pour Bruxelles. (...) Dans une Europe où se développent des menaces sur l'exercice des libertés et parfois même sur l'existence paisible de certaines communautés minoritaires (...), le gouvernement est décidé à assurer avec sérénité - mais aussi avec fermeté - son rôle de défenseur de la démocratie. (...) En politique extérieure, les priorités du gouvernement seront la poursuite de l'unification européenne, la détente et la sécurité, et l'amélioration des relations Nord-Sud. Le gouvernement mènera une politique active dans le domaine des relations économiques internationales. (...) Au-delà des frontières de l'Europe, la situation internationale est préoccupante. (...) Dans ces circonstances, la cohésion de l'Alliance atlantique dans le domaine militaire ne peut pas faiblir et doit être renforcée dans le domaine de la concertation politique. Elle est et elle restera la pierre angulaire de notre sécurité. Le gouvernement respectera tous ses engagements dans le cadre de l'OTAN. Par ailleurs, le gouvernement ne ménagera pas ses efforts en vue de promouvoir la détente par son action diplomatique et de favoriser une meilleure compréhension entre l'Est et l'Ouest. (...) Notre pays s'efforcera d'améliorer les relations entre pays industrialisés et pays en voie de développement notamment par le pacte pour une croissance solidaire. (...) En concertation avec nos partenaires européens, notre action devra offrir au Tiers-Monde la perspective de relations plus équitables et mieux équilibrées dans un esprit de solidarité et de dignité humaine. (...) Les objectifs à poursuivre sont clairs et les moyens proposés sont équilibrés et réalistes. Mais la tâche sera néanmoins difficile. Il appartient à chacun, non seulement dans cette enceinte, mais dans le pays tout entier, de prendre courageusement la part qui lui revient dans cet effort solidaire." Déclaration inaugurale du quatrième gouvernement Martens du 24 octobre 1980 in les "Annales parlementaires".

Le gouvernement Martens IV, qui prend la main au mois d'octobre 1980, se donne pour principale mission le redressement socio-économique du pays. Au printemps 1981, une "loi de redressement" instituant une "cotisation de solidarité" à charge des agents des services publics entraîne la mobilisation de la FGTB, et dans une moindre mesure celle de la CSC, et l'organisation d'importantes manifestations. Le 13 février est un jour de grève général dans les services publics. C'est l'annonce, le 31 mars 1981, de nouvelles mesures d'austérité qui précipitera la chute du quatrième gouvernement Martens. Le blocage de l'indexation des salaires était semble-t-il trop lourd à assumer pour le partenaire gouvernemental socialiste. Le gouvernement Martens IV s'attachera également au dossier de rationalisation de l'enseignement secondaire, en chantier depuis plusieurs années.