Lautresite, le jour, 19 juin 03

 

Rien n'est plus faux que de croire qu'ils sont tristes. Après tout ce qu'ils ont déjà connu, ils ne se laissent pas ébranler par des visites "met veel babbelen" comme dit l'un. "Les Belges sont de bonnes gens, toujours prêtes à aider", m'a dit M. qui habite Anvers. "C'est avec la politique belge à l'égard des réfugiés que ça ne va pas".
Le Père Van der Biest vient auprès d'eux plusieurs fois par jour. Ils le reçoivent comme l'un des leurs. On dirait qu'ils le connaissent depuis toujours et à chaque fois fusent les "Father, we love you". La générosité de cet homme âgé alimente son énergie. Il prend une part active à la recherche d'un accord acceptable. Il a été reçu par le Commissaire Général Mr. P. Smet ainsi que par le Directeur de l'Office des Étrangers , Mr. Roosemont. Lorsque le Père Van der Biest rend compte au groupe, de la façon la plus naturelle qui soit, une femme se lève et vient masser les épaules du Père pour le relaxer. Les grévistes sont aussi très respectueux de ne pas troubler les activités de prières qui se déroulent dans l'église.
Dans la recherche d'une solution, le C.I.R.E. (Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Étrangers) et l'O.C.I.V. (Overlegcentrum voor Integratie van Vluchtenlingen) défendent et discutent de l'aspect juridique du problème avec les autorités. Maître Bahrami travaille également en collaboration avec eux. Ces trois intervenants ont reçu l'accord des 14 + 2 grévistes de la faim. (14 Iraniens + 2 Belges)
En pensant à eux, il y a une citation qui me vient : "Avance sur ta route car elle n'existe que par ta marche".


Nicole Mazy
Un rassemblement de soutien est prévu demain à onze heures devant le Commissariat général aux réfugiés, Boulevard Albert II, 6 - 1000 Bruxelles